Le design thinking au service de l’entreprenariat social

Le 27 février, trois étudiants du cours Innovacteurs 2016 se sont lancés dans l’aventure unique de l’entreprenariat social, en Équateur, dans le but de continuer le travail commencé par leurs prédécesseurs : un projet social entamé il y a 3 ans avec l’application du design thinking dans le village de Pambamarca.

La communauté Quechua de 600 personnes est située à 3700 mètres d’altitude dans les terres arides et soumises au vent, à 90 kms au nord de la capitale du pays, Quito. Dans ces montagnes où l’agriculture rythme la vie quotidienne de ses habitants, l’objectif de cette année est de réinventer les outils agricoles pour les fermiers, grâce au design thinking.

Ce premier voyage d’exploration a été divisé en 2 temps forts : l’inspiration et l’idéation. La première phase a permis d’identifier les besoins de la communauté et des villageois en ce qui concerne leur travail agricole : au programme, observation du quotidien à l’école, dans les foyers et dans les champs, mais aussi immersion dans leurs tâches et interviews grâce à la vidéo participative, enseignée à la d.school. Le temps d’un déjeuner partagé, les étudiants ont présenté aux habitants les raisons de leur présence dans le village et les ont invité à participer à leur projet. En effet, sans la pleine adhésion des villageois, le projet ne pourrait aboutir correctement.

La phase idéation a permis ensuite en quelques jours de développer des prototypes qui seront testés rapidement sur le terrain au sein de la communauté : gestion de l’eau, élevage, érosion des sols, performances des outils agricoles encore très rudimentaires… Autant de problématiques à considérer pour améliorer le quotidien de Pambamarca.

Pour la première fois, l’équipe parisienne a eu l’opportunité de travailler en partenariat avec une autre équipe de 5 étudiants de l’Université de San Francisco de Quito dans le cadre de leur formation \ »PISA\ » (“Proyecto de Innovación SocioAmbiental). Sur place, ils ont été accompagnés par l’ONG ASA (“Acción, Solidaridad y Acción) qui agit sur place depuis plusieurs années, avec notamment l’aide précieuse de deux volontaires.

Après ce premier voyage en terre quechua, les deux équipes étudiantes vont travailler ensemble mais à distance. À Paris comme à Quito, il leur faudra développer une solution pour le village qui corresponde aux trois critères de l’innovation et du design thinking : viable économiquement, faisable technologiquement et désirable pour ses utilisateurs. Cette solution devra être implémentée durant leur prochain voyage sur place à la fin du semestre.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *