Le confort pour tous au travail

« Je me souviens de l’étonnement qui me prit, voici quelques années, sur le campus de Stanford, à voir s’élever (…) des tours destinées à l’informatique à peu près identiques, aux vitrages près, aux autres bâtiments de briques où l’on dispense, depuis un siècle, l’enseignement de l’ingénierie mécanique ou de l’histoire médiévale. (…) Comme si la révolution récente, aussi puissante au moins que celles de l’imprimerie et de l’écriture, ne changeait rien au savoir, à la pédagogie, ni à l’espace universitaire lui-même, inventé jadis par et pour le livre. Non. Les nouvelles technologies obligent à sortir du format spatial impliqué par le livre et la page. Comment ? » Michelle Serres.

Cette citation introduit la problématique du cours : les espaces de l’université ont besoin de se réinventer. Les élèves du programme d.mobilier de la d.school se sont penchés sur le sujet pendant un semestre entier. Le groupe d’étudiants divisé en cinq équipes multidisciplinaires mélangeant architectes et ingénieurs de différents établissements ont appliqué la méthode design thinking et présenté les résultats de leurs problématiques hier au sein de l’Ecole des Ponts en présence d’un jury.

Le semestre avait bien démarré, avec un kick-off à la showroom de Steelcase au coeur de Paris : une manière ingénieuse d’inspirer les étudiants et de leur montrer que l’innovation et le design thinking sont pris très au sérieux dans la conception de mobilier pour les entreprises et l’éducation.

Penser le mobilier au service des usages, faciliter les services par l’objet : pour résoudre ce brief initial, le terrain de jeu des étudiants a été la salle informatique de l’Ecole d’architecture de Marne-la-Vallée, et le Learning Center, baptisé la Source, de l’Ecole des Ponts ParisTech. Chaque groupe a en effet travaillé sur des besoins bien identifiés grâce à une recherche ethnographique poussée : besoin d’isolement et de calme pour le travail individuel, tout comme un besoin de dialogue et de partage pour les travaux en groupe. Les étudiants se sont appropriés la méthodologie du design thinking en prototypant et itérant de nombreuses fois.

Au final, cinq solutions ont été présentées : le ‘’Parason’’, une ‘’Origami Chair’’ pour la gestion de l’intimité et du bruit au sein d’un open space. Mais aussi une lampe aux multiples fonctions pour améliorer le confort et se sentir comme à la maison. Enfin, ‘’Confident’’ et ‘’Stüdil’’, du mobilier qui interroge la place et la forme du bureau, conçu pour faciliter la mobilité et répondre aux différents usages impliqués par la transformation numérique.

Partager

Les commentaires sont fermés.