Des étudiants innovent pour une communauté péruvienne

Aurélie, Clara, Alexandre, Victor et Thibaud, 5 étudiants Innovacteurs de la d.school aux parcours diversifiés et complémentaires, ainsi que leurs coach Roukaya et Tatiana se sont envolés cette année vers le Sud du Pérou pour y mener un projet d’entrepreneuriat social auprès des familles rurales à proximité d’Antauta. Mené conjointement avec Desco, une ONG péruvienne, à la demande d’Aporta*, le projet s’est déroulé lors du deuxième semestre 2016.

Le sujet n’étant initialement pas bien fixé, l’application rigoureuse de la démarche du design thinking et les recherches ethnographiques ont donc été capitales. Les élèves ayant remarqué lors du premier voyage en avril dernier qu’au sein de ces exploitations – des plus précaires -, les femmes étaient souvent livrées à elles-mêmes pour se livrer à des taches aussi difficiles que chronophages (telles que l’installation de barrières pour leur élevage ou faire paître leur troupeau), ils ont décidé de se pencher sur la problématique suivante : Comment libérer le temps des femmes éleveuses d’alpagas pour leur permettre de s’épanouir davantage et d’améliorer leur flexibilité financière ?

De retour en France, et grâce aux poignants témoignages recueillis lors du premier voyage, les étudiants sont alors passés par une phase de prototypage. Ils ont essayé de trouver des moyens d’amoindrir considérablement le prix des barrières les plus couramment utilisées par les familles pour les pâturages sans en réduire la qualité, tout en en facilitant l’installation.

Au cours de ce second voyage et grâce aux retours des fermiers, ils ont ainsi pu améliorer encore leur prototype final et commencer à implémenter. Leur solution consistant en une barrière réalisée en filet de pêche et fil de fer, et coûtant jusqu’à 55% moins cher que celle existante, fut relativement plus facile à mettre en place et largement saluée par les femmes concernées. Lors de leur dernier jour sur place, les étudiants ont organisé une féria collaborative à laquelle ont participé plusieurs familles. Au programme : construction conjointe de barrières, cours d’artisanat et discussions autour du projet. Tout ceci s’est déroulé sous le soleil et dans la bonne humeur, et c’est avec un pincement au coeur que les étudiants sont repartis en France. Enfin, pour faciliter davantage l’accès à ces barrières et libérer le temps des femmes afin qu’elles puissent s’épanouir socialement et avoir accès à d’autres sources de revenus, les étudiants souhaiteraient également mettre en place un système de micro-crédit, dont un document explicatif sera remis à l’association Aporta.

 

* Aporta est l’association avec qui l’école est entrée en contact. Elle est basée à Lima et travaille conjointement avec Desco (l’association basée, elle, à Antauta.) C’est aussi la branche d’innovation sociale du groupe peruvien Breca – et le commanditaire du projet.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *